09 72 54 57 70 (Appel GRATUIT)

On a tout intérêt à bien isoler son logement : pour économiser de l’énergie (et donc faire des économies), pour valoriser son bien, et tout simplement pour se sentir bien chez soi. Que ce soit dans le cadre de la rénovation, bien choisir les matériaux d’isolation est primordial.

 

Isolation phonique, isolation thermique : deux fonctions à concilier

L’isolation phonique a pour fonction de protéger le bâtiment des agressions sonores extérieures (routes, bâtiments industriels…). Il s’agit également de confiner les émissions sonores à l’intérieur de votre logement lorsque vous résidez en appartement : bien appréciable pour pouvoir vivre tranquillement, sans se demander si les voisins profitent de votre soirée entre amis ou du cycle long de la machine à laver !

L’isolation thermique, quant à elle, permet à la chaleur ou au froid de rester dans l’enceinte de l’habitation close, afin de faciliter le maintien de la température requise en minimisant la consommation d’énergie.

L’enjeu est de trouver le bon système d’isolation qui prend en compte ces deux fonctions. En effet, les matériaux proposés sont plus ou moins adaptés en fonction du but recherché. Les matériaux d’isolation phonique sont habituellement des matériaux lourds (pierre, béton…) et les matériaux d’isolation thermique sont plus légers (laine de verre, mousses de polymère…).

 

Comment isoler son logement intelligemment ?

Avant toute chose, il peut être intéressant de faire un bilan thermique avec un professionnel, pour faire le point sur l’existant et déterminer ensuite les travaux à engager. C’est le fameux Diagnostic de Performance Energétique (DPE), qui est d’ailleurs obligatoire depuis 2006 lors d’une vente ou d’une location.

N’hésitez-pas à vous appuyer également sur vos propres relevés de consommation, comme vos factures de chauffage. Il s’agit de définir la meilleure solution en prenant en compte l’ancienneté du bâtiment, votre situation géographique… Cette étape qui précède les travaux est aussi l’occasion d’étudier les aides financières auxquelles vous pouvez prétendre.

On fonctionne ensuite par étapes. En premier lieu, il est courant de s’occuper de la toiture et des combles : on estime en effet que plus de 30% de la chaleur s’échappe par la toiture ! En ce qui concerne les pièces du logement, ce sont souvent les murs exposés nord et ouest qui sont à isoler en priorité.

 

Quels sont les différents matériaux d’isolation ?

Pour l’isolation thermique du logement, les matériaux se divisent en cinq catégories.

 

1. Les isolants naturels : chanvre, ouate de cellulose, liège expansé, laine, plumes… Ces matériaux issus des végétaux ou de l’élevage animal présentent un très bon bilan écologique. Leur isolation thermique est pour la plupart d’entre eux aussi bonne que celle de la laine de verre. Ils sont perméables à la vapeur d’eau et permettent ainsi d’éviter les risques de condensation : idéal dans en milieu humide.

 

2. Les isolants nouvelle génération : ce sont des panneaux isolants sous vide (PIV) et de l’aérogel, des matériaux apparus récemment et encore relativement méconnus du grand public. Leur principal atout : des capacités d’isolation thermique très élevées, 3 à 5 fois plus efficaces que les isolants classiques. De plus, ils sont résistants et compacts, pour un gain de place dans la maison. Attention cependant, ils nécessitent un peu d’expertise pour la pose. Et surtout, leur coût est encore très élevé, à partir de 40 €  le m².

 

3/ Les isolants synthétiques : polychlorure de vinyle, polyuréthane, polystyrène… Ces matériaux issus du pétrole sont les moins écologiques, mais ont quelques avantages. Ils sont économiques, et leur capacité d’isolation thermique est excellente. Disponibles sous forme de panneaux ou de mousse, ils sont facilement adaptables aux différentes surfaces du logement. Ils ne sont cependant pas conseillés en zones rurales car ils peuvent attirer les rongeurs. À éviter également pour les bâtiments anciens aux parois hygroscopiques, c’est-à-dire qui ont tendance à absorber l’humidité de l’air.

 

4/ Les isolants minéraux : laines minérales, verre cellulaire, béton cellulaire… La qualité de ces matériaux leaders du marché a fortement progressé ces dix dernières années. Performants, économiques, faciles à poser, ils ont de nombreux atouts. Attention, les performances thermiques ne sont cependant pas toutes les mêmes en fonction des matériaux utilisés.

 

5/ Les isolants minces : légers et de faible épaisseur, ces isolants se présentent sous la forme d’une ou plusieurs couches d’aluminium encadrant en sandwich des couches intermédiaires composées de ouate, mousse, feutres d’origine animale ou végétale. Les couches d’aluminium agissent comme un réflecteur et renvoient le rayonnement thermique. Ce type d’isolant ne présente aucun risque pour la santé puisqu’il ne contient pas de composé cancérigène. Cependant, sa mince résistance thermique en fait un complément d’isolation, et non un isolant à lui seul. 

 

Les techniques d’isolation à privilégier

Faut-il isoler via l’intérieur ou via l’extérieur ? L’isolation par l’intérieur est le procédé le plus répandu, le plus pratique, le moins onéreux. Mais on peut également isoler par l’extérieur, dans le cas d’un ravalement de façade par exemple. L’intérêt est de ne pas perdre de surface à l’intérieur du logement, et d’obtenir une meilleure isolation phonique. Attention, selon les cas, il vous faudra probablement une déclaration préalable de travaux avant de commencer les travaux en extérieur.

Pour la toiture, l’isolation intérieure est recommandée. Pour les combles, si ceux-ci sont aménageables, il est possible d’utiliser des rouleaux d’isolants à poser en simple couche ou en double couche croisée. Pour les combles perdus difficiles d’accès, on peut utiliser des flocons isolants. Enfin, pour les combles perdus accessibles, les rouleaux d’isolants à dérouler conviendront parfaitement.

Pour l’isolation des murs par l’intérieur, il est préférable d’utiliser les plaques de doublage pour les murs réguliers. Pour les murs irréguliers, l’utilisation de rouleaux ou de panneaux d’isolants sur ossatures métalliques est à privilégier.

Et pour parfaire l’isolation du logement, on peut installer des panneaux isolants au sol, des fenêtres à double ou triple vitrage (investissement précieux pour l’isolation thermique ET phonique) et des structures anti-ponts thermiques au niveau des menuiseries.

 

Isoler son logement en préservant la planète, c’est possible ?

Bien sûr ! D’abord, oubliez les isolants synthétiques. Les matériaux d’isolation les plus écologiques sont les isolants naturels (chanvre, ouate de cellulose, liège expansé, laine, plumes…). Leur efficacité et leur coût varient en fonction de leur nature. À noter : la laine minérale est très intéressante car recyclable.

Dernier conseil : attention à ne pas confondre « naturel » et « écologique ». La production d’isolants minéraux peut nécessiter une forte consommation d’énergie, et certains isolants naturels possèdent des additifs comme des insecticides.

À vous d’être vigilant sur la qualité du produit isolant et sur sa composition exacte afin de garantir un habitat le plus écologique possible, en minimisant les risques pour la santé et pour l’environnement.



Fanny K.