Blog Article Intro

Après un parcours professionnel dans le domaine des antiquités et des objets d’art, Florence Ernoul crée Or et Béton en 2013, entreprise qu’elle dirige toute seule depuis cette date. Or et Béton propose des prestations clé en main d’architecture intérieure et de décoration, avec une sensibilité particulière accordée aux beaux objets, aux matières et aux matériaux.
En vraie parisienne amoureuse de cette ville, Florence maîtrise parfaitement les multiples ambiances et styles déco de Paris et en joue avec aisance, jusqu’à pouvoir proposer des conceptions incluant un mélange subtil de styles. Maître d’œuvre sur ses chantiers, elle connaît les bonnes adresses déco et s’est constitué un réseau d’artisans partenaires de qualité.

La Boîte à Idées > Inspiration : suivez le guide !
Blog Comments Count
Blog Image Main
Florence Ernoul, dirigeante de Or et Béton, entreprise d'Architecture intérieure et de décoration à Paris
Blog Text Core

 

CoFaber : Il y a quelque chose qui m’a tout de suite attiré l’attention, c’est le nom de votre entreprise, « Or et Béton ». D’où est-ce que cela vient ?

Florence Ernoul : J’ai une approche très « matière » des choses. J’aime bien le mélange des styles et j’aime particulièrement le béton. Plus généralement, c’est l’association de matériaux divers que je voulais montrer à travers le choix du nom de l’entreprise. Ceci étant dit, je tends actuellement plus vers une approche harmonique pour répondre à la majorité des demandes de mes clients. Je suis contente de ce nom et je ne m’en lasse pas en tous cas, c’est vraiment l’identité de mon entreprise.

Visitez la Page Entreprise de Or et Béton

 

C : Pourquoi avoir mis l’accent sur les matériaux et les matières ?

FE : Je suis issue d’une formation Antiquités et l’Histoire de l’Art où le rapport aux objets, à la matière et aux matériaux et très fort. J’ai gardé cette sensibilité plus tard, tout au long de mon parcours professionnel, lorsque par exemple j’ai travaillé chez des antiquaires. Même si j’aime et je travaille à changer les volumes et à remanier l’espace, la finalité reste toujours pour moi le style et l’ambiance créés par le choix des matières et des matériaux.

Or et Béton : Appartement totalement rénové par Or et Béton à Ville d'Avray (92)

Appartement totalement rénové à Ville d'Avray (92)

 

C : Est-ce que vous faites toujours le lien entre votre penchant pour l’Histoire de l’art et votre travail actuel d’architecte et décoratrice d’intérieur ?

FE : Je n’ai pas forcément la clientèle qui va demander des prestations en lien avec ce penchant. Je vais plus avoir des demandes pour de la décoration moderne, dans le cadre d’investissements immobiliers pour des locations meublées. J’ai tout de même des clients qui aiment les objets et styles anciens, mais ils ne constituent pas l’essentiel de ma clientèle malheureusement, j’aimerais bien en avoir plus.

 

C : Justement, quels sont les types de prestations les plus demandés ? Peut-on les définir ?

FE : J’ai beaucoup de gens qui investissent dans des appartements parisiens pour des locations de courte durée. Ils me demandent alors de retravailler les espaces et de trouver des solutions esthétiques astucieuses pour limiter les dépenses. J’ai aussi des gens qui investissent pour leur habitation principale. Dans ce cas, le budget est généralement plus important et le projet plus personnalisé. Ce type de prestation m’offre beaucoup plus de possibilités dans la redéfinition des espaces, le choix des matières et des couleurs et bien souvent, je vais même jusqu’au choix des meubles. Cela vient assez naturellement au vu de mon passé d’antiquaire.
Enfin, j’ai aussi une clientèle qui me demande une prestation de décor uniquement. Dans ce cas, les espaces sont déjà définis et les changements vont concerner la menuiserie, les meubles, les luminaires, … C’est un exercice presque plus compliqué que l’architecture d’intérieur car je dois composer avec l’espace existant qui ne doit pas être modifié. Les choix dans la décoration sont très liés aux émotions, c’est beaucoup plus subjectif et irrationnel que l’architecture d’intérieur.

Or et Béton : Projet d'architecture intérieure et déco pour un appartement à Versailles

Projet d'architecture intérieure et déco pour un appartement à Versailles

 

C : Avez-vous toujours la nécessité de devoir optimiser les volumes des logements, vu qu’à Paris les prix du mètre carré sont nettement plus élevés qu’ailleurs ?

FE : J’ai effectivement beaucoup de chantiers dans des surfaces assez modestes où tout doit être conçu en vue de maximiser les espaces. Pour autant, j’ai quand même quelques projets dans des habitations spacieuses, largement au-dessus des 100 m2.

 

C : Quelles sont donc vos petites astuces pour optimiser les espaces ?

FE : Je fais déjà en sorte de réduire les couloirs. Je raisonne beaucoup en termes de fonctionnalités et de rangement. Pour moi, un plan d’aménagement sans les espaces de rangement ne vaut rien, il faut intégrer tous les espaces nécessaires dans la conception. Je joue aussi sur les portes, leur ouverture et leur hauteur. J’essaye même de prévoir un sèche-linge pour éviter le linge qui pend dans les pièces. En faisant du sur-mesure, on arrive même à gagner de l’espace en réduisant les profondeurs des dressings, des placards ou des caissons dans les cuisines. On peut aussi utiliser des accessoires de rangement.
Dans tous les cas, on évite la perte d’espace dans les recoins. On peut parfois gagner 2 m2 ou 3 m2 dans une pièce juste par un changement de la circulation. J’aime assez les aménagements en étoile, ils donnent une sensation de volume. J’aime bien aussi reproportionner les pièces.

Or et Béton : Une cuisine de style, chic et fonctionnelle

Une cuisine de style, chic et fonctionnelle

 

C : Toujours dans le cas d’optimisation de l’espace, est-ce que vous allez systématiquement faire de la démolition ?

FE : Cela dépend du client et du budget puisque plus on démolit et plus cela coûte cher. Parfois, je ne fais que de la rénovation en laissant les murs intacts, mais quand j’ai carte blanche, je fais le choix de démolir des murs pour reconfigurer les volumes. Dans ce dernier cas, on refait aussi la plomberie et l’électricité et les travaux nécessitent que les occupants quittent leur logement. Cela dure en général plusieurs mois.

 

C : A quelles occasions fait-on appel à vos services généralement ?

FE : C’est généralement à la suite d’une acquisition d’un bien immobilier que les acheteurs vont me demander de refaire l’intérieur. Il m’est arrivé de faire du home staging, pour aider à la vente d’un bien immobilier avec un budget minimum, mais cela reste exceptionnel, ce n’est pas du tout ce que je recherche. Je préfère le côté créatif de la rénovation.

Or et Béton : Aménagement des combles dans le 20ème arrondissement à Paris

Aménagement des combles d'une maison dans le 20ème arrondissement à Paris

 

C : En dehors du schéma type du petit appartement parisien à rénover, parlons un peu de vos prestations dans les logements spacieux, type maison en banlieue. C’est une prestation d’un tout autre genre ?

FE : Oui, c’est vraiment un autre exercice de style et d’ailleurs cela peut être déstabilisant car quand on a beaucoup d’espace, on ne sait plus trop où mettre les choses ; mais j’aime bien travailler dans des grands logements car on a cette sensation de volume qui est absolument géniale. C’est aussi là où les gens vont mettre un peu plus de budget car on sera bien souvent dans des situations de résidence principale. Quand il s’agit de leur lieu de vie, les clients sont naturellement plus sensibles et plus exigeants. On va donc plus pouvoir « s’amuser » avec les matériaux et les styles déco et faire du sur-mesure, contrairement aux investissements locatifs où l’objectif majeur reste la rentabilité.

 

C : Comment avez-vous constitué votre réseau d’artisans partenaires ? Avez-vous des critères de sélection ?

FE : Je travaille avec un grand nombre de professionnels de qualité. Les artisans que j’apprécie particulièrement sont ceux qui arrivent à aller dans le détail. Je travaille beaucoup avec des menuisiers, des serruriers, des peintres déco, de poseurs de bétons, ceux qui font de la patine, … je travaille aussi avec des entreprise TCE, parfois des entreprises de climatisation. Les entreprises de travaux sont vite débordées, c’est pourquoi je dois m’adapter en fonction des chantiers et des disponibilités.

Or et Béton : Création de style pour un immeuble dans le 11ème arrondissement de Paris

Création de style pour un immeuble dans le 11ème arrondissement de Paris

 

C : Vous proposez un service « Parcours Objets ». De quoi s’agit-il exactement ?

FE : C’est un service optionnel intégré dans mes prestations d’architecture d’intérieur et de décoration. Je fais des parcours par thème : matériaux, robinetterie, décoration avec les papiers-peints et autres accessoires, ... C’est souvent très efficace : on capte tout de suite les goûts des clients et après c’est à moi d’associer les réalisations qui vont avec.
Les magasins sélectionnés varient en fonction des styles des clients et de leur budget. Je chine beaucoup – cela fait partie de notre métier – pour pouvoir disposer d’une liste conséquente de bonnes adresses. Je pense qu’une architecte d’intérieur doit toujours se renouveler, avoir des idées, rencontrer des confrères et aller dans des salons professionnels pour être au courant des tendances déco.

 

C : Parlons un peu de votre parcours personnel. Avez-vous toujours vécu à Paris ?

FE : Non, je suis parisienne depuis 1999. Je vivais en banlieue ouest avant, à Vaucresson (92), mais j’ai toujours aimé Paris et mon rêve était d’y vivre. J’aurais beaucoup de mal à quitter cette ville. Ce qui me plaît, c’est la liberté que j’y ressens, avec à la fois des styles divers parmi les gens qui se côtoient et une identité propre à chaque quartier.

Or et Béton : Une décoration mélangeant styles industriel et scandinave pour une maison à Chaville (92)

Une décoration mélangeant styles industriel et scandinave pour une maison à Chaville (92)

 

C : Comment en êtes-vous arrivée à créer votre entreprise ?

FE : Après une période de travail dans le milieu des antiquités et de l’art contemporain, j’ai repris une formation en Histoire de l’Art et plus tard je me suis formée à l’architecture d’intérieur, durant mon dernier poste de responsable dans une galerie d’art. J’ai créé Or et Béton en 2013 en commençant par le statut autoentrepreneur, puis je suis passée en société au bout de deux ans pour cause de dépassement du plafond du chiffre d’affaires.

 

C : Avez-vous toujours été seule dans cette entreprise ?

FE : Oui. En ce moment, j’intègre petit à petit un autre artisan, Jean-François Duméry. C’est mon binôme et mon coup de foudre professionnel. On travaille maintenant pratiquement tout le temps à deux, bien qu’il ait toujours son entreprise et moi la mienne. Jean-François est issu du visual merchandising, domaine qui lui a permis de développer son sens de la perspective et d’aiguiser son œil sur la déco. À long terme, j’envisage même une association.

Or et Béton : Aménagement des combles dans le 20ème arrondissement à Paris

M. Jean-François Duméry, artisan indépendant. Florence Ernoul : « C’est mon binôme et mon coup de foudre professionnel. »

 

C : Contractuellement, quelle est votre responsabilité lors d’un chantier, vis-à-vis du client et des autres entreprises prestataires ?

FE : Je suis maître d’œuvre du chantier et en tant que telle, je suis interlocutrice unique du client et responsable du bon déroulé des travaux. Au lancement d’un projet, je constitue le document descriptif des travaux et l’envoie aux entreprises pour qu’elles chiffrent chacune sa partie respective, suivant son ou ses corps de métier. Il y a juste une exception, la prestation de décoration pure, où je chiffre tout au client puisque je ne fais dans ce cas que de la conception et de la revente d’objets.
Concernant la facturation, chaque entreprise prestataire facture sa partie directement au client final. Je facture pour ma part une partie fixe de quelques milliers d’euros correspondant au travail de conception, ainsi qu’un pourcentage sur les travaux compris entre 8% et 10%, suivant le projet. Je me charge aussi de fournir régulièrement un tableau comptable au client et des comptes-rendus écrits à la fin de chaque réunion de suivi du projet.

 

C : Quel est pour vous l’aspect le plus intéressant de votre métier ?

FE : Ce que je préfère, c’est le terrain, j’adore travailler avec des artisans ! Cela se fait parfois au détriment du dessin car je ne peux pas être partout. C’est maintenant Jean-François qui me seconde sur cette tâche.

 

C : et ce que vous aimez le moins ?

FE : Je trouve qu’on est parfois trop dans l’administratif au lieu d’être dans la production. C’est parce qu’on est bien obligé de suivre contractuellement les chantiers pas à pas et de faire des comptes-rendus réguliers.

Blog Image Arrow